Bavarder

Femme Mature

British mature escort fougeres

british mature escort fougeres

Pas un muscle ne remua. Dans le bourdonnement général des questions, des exclamations et des ordres brefs donnés par le médecin, Irène n'avait pas entendu les explications de celui-ci. Il lui prit la main. Madame, rassurez-vous, il vit. Je ne crois pas que sa vie soit menacée. Il dort, c'est un sommeil cataleptique survenu à la suite d'une grande secousse, un choc moral. Son état est grave, je ne vous le cache pas.

Peut-être cette crise aura-t-elle aboli le souvenir de l'incident qui l'a provoquée. L'essentiel est qu'il se réveille dans son lit et ne se doute pas qu'il ne s'est pas couché comme d'habitude, en son état normal. On va le porter dans sa chambre, et vous voudrez bien veiller, madame, à ce que tout autour de lui soit disposé comme à l'ordinaire et à ce qu'il ne reçoive que des impressions agréables quand il reprendra conscience.

Du reste, il est préférable que je passe la nuit ici, à tout hasard. L'artiste fut transporté dans la chambre conjugale, on coupa ses vêtements pour le dévêtir sans qu'il s'en aperçût. Cette opération ne troubla pas un instant son sommeil. Lorsqu'il fut couché, Irène le laissa un moment sous la garde du valet de chambre et rejoignit le docteur pour avoir des explications plus détaillées sur la cause de l'accident. Comme elle approchait du salon, un bruit de cris et de sanglots retentit. Elle trouva la princesse en proie à une violente crise de nerfs que le médecin s'efforçait de calmer avec des gouttes d'éther.

La vue d'Irène exaspéra la malade, qui fut prise de convulsions. Sur l'avis du médecin, Irène les laissa avec une servante et remonta auprès de M. Il dormait dans la même pose paisible et souriante. Les domestiques l'avaient mise au courant des bruits divers qui couraient, et déjà une légende s'était formée. Ce soir-là, lorsque Jean de Livry s'était levé de table, il ne songeait nullement à son concert ou à une composition musicale, ainsi que l'avait supposé Irène.

Il était mortifié de l'échec qu'avait subi son système, car il était convaincu de son infaillibilité, et beaucoup plus fier de l'avoir inventé que de ses meilleures pièces de musique. Au lieu de calculer, je suis sûr qu'elle répète in petto des prières et des incantations.

Il faut que j'applique mon système sur le vif; je l'ai expérimenté sur ma petite roulette huit cent trente fois et j'ai toujours gagné; il peut y avoir des combinaisons qui m'échappent, puis je ne me suis pas encore mesuré avec la banque. Pour cela il faut que j'assiste à quelques parties; je ne jouerai pas, mais je suivrai le jeu en supputant quel serait le résultat de mes coups si j'avais appliqué mon système.

Il était parvenu devant le casino et entra résolument au secrétariat pour demander une carte d'admission; pendant qu'il signait son nom sur le registre, un inspecteur entra précipitamment et dit à voix basse à un des secrétaires. Le prince Gourilov a forcé la consigne, il a profité d'une distraction du portier pour pénétrer dans la salle, et il est en train de jouer.

Oui, il a fait sonner ostensiblement les pièces d'or dans son gousset, lorsque je me suis approché pour lui rappeler très respectueusement, et trop bas pour que ses voisins pussent m'entendre, que l'entrée des salles de jeu lui était interdite. Quand il aura vidé ses poches, il s'en ira.

Laissezle tranquille surtout pas d'esclandre, faites-le surveiller. Sans prêter l'oreille à ce rapide colloque, M. Au bout de quelques tours il calcula qu'il aurait gagné dix mille francs. Il passa à la roulette suivante, où le jeu était plus animé et compta qu'il aurait emporté de cette table une ample récolte, s'il eût appliqué son système.

Il s'approcha alors de la troisième roulette, où se trouvaient plusieurs gros joueurs de sa connaissance. Tiens, dit l'un d'eux pendant une pause, c'est vous, de Livry? Comment se fait qu'on ne vous ait pas encore vu ici? Vous attendez la veille de votre concert pour risquer vos louis?

Vous savez que la recette comblera les trous. Vous vous trompez, dit M. Comment peut-on jouer si mal s'écria M. Suivez mon conseil et vous verrez Mettez là. Et se penchant vers l'oreille de son interlocuteur il murmura rapidement quelques paroles à voix basse; la rumeur générale empêchait les personnes qui les pressaient de tous côtés d'entendre ce qu'ils disaient.

Le joueur malheureux obéit docilement. Le conseil de Jean de Livry était bon, car le râteau amena à son élève improvisé une centaine de louis, mais, en même temps, il rafla plusieurs petits tas de pièces jaunes et blanches, et les voisins de l'heureux joueur partagèrent entre lui et l'artiste leurs regards irrités et ennemis. Sans y prendre garde, M.

Content de trouver ses calculs justes il exultait, et quand son protégé ramassa pour la troisième fois une somme rondelette, l'artiste se redressa et promena autour de la table un regard triomphant. Tous les yeux étaient levés sur lui, la plupart chargés de colère et de reproche, quelques-uns d'admiration.

Un rasta aux doigts tachés de bagues monstrueuses dit admirativement à sa voisine. Depuis trois mois que je joue chaque soir, je n'ai jamais vu une pareille veine i. Quel veinard s'écria son ami en se levant de sa chaise. Mais pourquoi vous en tenir au rôle d'Egérie? Du tout, du tout, dit l'artiste en posant les mains sur les épaules de son élève, pour l'obliger à se rasseoir, je joue platoniquement. Ah ah je vous y prends, vous avez voulu vérifier votre système et vous avez perdu?

Je ne joue pas, dit-il en reculant sa chaise, mais demandez à monsieur ce qu'il pense de mon système. Je pense qu'il est merveilleux, tout bonnement, puisqu'il m'a fait gagner deux mille francs en moins de dix minutes. Le joueur céda sa place à la princesse avec peu d'empressement, pendant que celle-ci, s'adressant à M.

Je compte sur vous pour m'indiquer chaque mouvement. Mais qu'ai-je fait de mon sac? Je dois l'avoir perdu. Pouvez-vous me prêter un peu d'argent? Attendez, dit-il d'un ton impératif, comme elle allait placer étourdiment sa mise, écoutezmoi et faites exactement ce que je dis.

Il laissa passer quelques tours, tendit le cou pour se hisser à l'oreille de la gigantesque princesse, puis dit Marchez 1. Sa mise placée, la princesse ferma les yeux d'émotion et les rouvrit, pour recevoir du croupier plus de mille francs.

Elle exécuta automatiquement les ordres de M. Plusieurs joueurs moins veinards, dépités de perdre tout le temps, s'étaient retirés, aussitôt remplacés. Une chaise resta vacante à côté de la princesse. Je ne joue jamais la veille d'un concert, cela me rend trop nerveux, quelquefois même malade.

Au même instant, un homme de haute stature se fraya un passage entre la haie vivante qui encerclait la roulette, bouscula légèrement M. Son regard obliqua vers le joli rouleau jaune qui étincelait devant elle. Quelle veine, chère princesse! Vous permettez, n'est-ce pas?

Ta, ta, ta, ta, chère princesse, ne nous fâchons pas; vous savez bien que nous avons des comptes à régler, je vous fais grâce du reste.

Jean, tout à ses calculs, suivait attentivement la marche du jeu et ne prit pas garde à cette altercation. Faites votre jeu clama le croupier. Princesse, dépêchez-vous, cria M. Et il lui souffla énergiquement dans l'oreille pour lui dicter sa marche. Ce fut encore un coup heureux. Le suivant ne donna pas le résultat attendu. La princesse, préoccupée de défendre son tas de louis contre les incursions de son voisin, embrouilla les instructions de M.

Piqué au vif, il résolut de laisser passer quelques tours pour surprendre la raison de cette diminution de chance. Le prince Gourilov, qui venait de perdre une assez forte somme, haussa les épaules, et s'adressa à la princesse d'un ton rageur.

Connu, votre système Assurément on n'y ramasse pas des culottes comme je viens d'en cueillir une, mais qu'est-ce qu'on gagne? Quelques louis à chaque tour. De ce pas, il nous faudra vingt ans pour faire fortune. Autant tenir une boutique d'épicerie, le profit sera égal et plus sûr. On ne peut perdre et gagner que l'argent des autres, expliqua philosophiquement le prince Gourilov.

Qu'est-ce que l'enjeu en comparaison des sommes énormes qu'on remue en quelques tours de roulette? Je ne crois à aucun système, je les ai tous essayés, il n'en est pas un qui tienne à l'usage répété. Et alors même que j'en trouverais un qui fût infaillible, je ne m'en servirais pas, ajouta-t-il dédaigneusement. La princesse Aline se reposait en attendant le retour de M. Mais il me semble, prince, dit-elle, que vous avez tort de mépriser les systèmes infaillibles; quelques heures de gain modeste, mais constant, ne vous feraient pas de mal, conclut-elle avec un sourire significatif.

En effet, quelques détails de toilette, la mise plus né-. Attendez la fin qui vous dit qu'avec ces deux ronds il sortit de sa poche deux louis, je ne ferai pas sauter la banque? Moi, je suis joueur Le vrai joueur, le joueur de race, qui a versé toute sa fortune, deux millions de francs, sur le tapis, et qui, si la chance les lui rendait, les jouerait encore.

Joueur j'ai vécu, joueur je mourrai, debout, en selle, piaffant dans l'or, menant la chevauchée des louis, comme le jour où j'ai gagné en une demi-heure plus de cent mille francs, ou les reins brisés, mais couché sur le tapis d'or. Vous finirez par me dégoûter du jeu, dit en frissonnant la princesse Aline.

Vous avez l'air d'un possédé. Je suis le vrai joueur Ces deux louis sont tout ce que je possède; si je les perds, il ne me reste plus qu'à m'aller pendre. Faites votre jeu cria le croupier en regardant avec un froncement de sourcils les bavards qui oubliaient qu'ils étaient là pour jouer et non pour causer. Le prince Gourilov jeta ses deux pièces à l'aventure. Elle n'eut que le temps d'exécuter ses ordres. Rien ne va plus! Un spasme contracta la bouche volontaire du joueur battu, et pendant l'espace d'une seconde ses paupières battirent désespérément.

Il releva sa haute taille, effaça ses épaules d'athlète qui fléchissaient et, promenant sur la masse des joueurs, qu'il dominait de la tête, l'éclair méprisant de ses yeux d'acier, il aspira fortement l'air. La princesse, toute à la joie de compter ses nouvelles recrues, caressait les pièces d'or de ses doigts osseux et ne remarqua pas la déveine de son voisin.

Plusieurs personnes, derrière elle, entouraient M. Sa main s'abattit sur le tas d'or. La princesse le saisit au poignet avec un petit cri, s'efforçant de préserver le reste du magot de sa large paume étendue. Sérieusement, lui dit-il à voix basse et en russe, il y va de ma vie ou de ma mort. Si vous me refusez cette poignée de louis, vous le regretterez.

C'est la seconde fois ce soir que vous faites main basse sur mon bien dit-elle avec humeur. Le regard de Cyrille Gourilov se posa sur les yeux pâles de la princesse avec une fixité qui la terrifia. Aujourd'hui, dit-il, est un jour exceptionnel, unique, tout ce que je promets en ce jour je le tiendrai, si je vis l'un de nous deux doit sauter, la banque ou moi. Nous verrons bien, dit-elle ironiquement. Chaque fois que vous voulez m'extorquer une grosse somme, vous me menacez de vous faire sauter la cervelle Elle haussa légèrement l'épaule droite et lui tourna le dos.

D'anciens camarades de cercle, de passage, l'avaient entraîné à l'écart pour lui permettre de leur exposer en détail son système. Il s'y prêta avec la bonne grâce d'un inventeur qui joue en artiste, gagnant pour la gloire et non pour le profit. Il désira joindre la démonstration. Venez, leur dit-il en rejoignant la princesse, je vous ai expliqué les coups précédents.

Je laisse passer ce tour, au suivant, attention. Voilà ce que je vais jouer, dit-il à ses amis et il mit la carte sous les yeux de la princesse, qui suivit minutieusement ses indications. Les amis du pianiste dissimulèrent à peine un sourire ironique et eurent l'air de s'amuser énormément. Il resta un moment absorbé dans ses calculs. Le prince Gourilov eut un haussement d'épaules significatif il laissa couler négligemment quelques pièces, qui se casèrent où elles purent.

La chance le favorisa. C'est la banque qui sautera, dit-il orgueilleusement à la princesse en rassemblant sa fortune. Encore dix coups comme les deux derniers et je suis sauvé.

Mon voisin qui vient de gagner joue comme un fou. Pour la première fois de la soirée il regarda le prince Gourilov et le reconnut. Il pâlit comme s'il avait mar-. Princesse, cela suffit pour ce soir, nous reviendrons demain; j'en ai assez 1.

Non, non, répondit-elle avec colère, je veux regagner ce que j'ai perdu et au delà, je ne veux pas partir avant d'être rentrée dans mes ,fonds. Ce n'est pas mon système qui est en cause, dit M. Nous verrons bien, dit une voix derrière lui. C'était un de ses anciens camarades, témoin de ses deux échecs successifs. Cette répulsion, jointe au dépit, éveilla en lui un désir fou de prouver au monde entier l'excellence de son système.

Il avait gagné toute la soirée, ces deux coups exceptés, et ses amis n'avaient vu et retenu que l'insuccès qui le rendait ridicule. Princesse, dit-il hors de lui, rira bien qui rira le dernier; cédez-moi votre place, je dois jouer si serré que je ne peux me servir d'un intermédiaire. Lequel serait le plus heureux? Du jeu rationnel et raisonné ou de la folle inspiration du dieu Hasard, qui guiderait le plus promptement à la fortune?

Deux systèmes, deux tempéraments étaient tendus vers un même but avec l'âpreté d'un désir exaspéré. Lequel serait le plus favorisé de la chance? Instinctivement les assistants furent impressionnés par la mine résolue des deux joueurs, et un cercle épais de curieux se forma autour de la table.

Foule composite, jeunes femmes d'une parisienne élégance, glissant en leurs toilettes vaporeuses, les yeux fiévreux et le fard s'émiettant avec la poudre sous la moiteur de l'air surchauffé de la salle, sous la crispation des regrets, l'angoisse ou le frémissement du triomphe; touristes de passage et vieilles habituées, aux lourdes toilettes de ville, riches, mais un peu fripées, portées avec indifférence, comme un uniforme obligatoire, la pensée étant ailleurs; et autour d'elles, distraite et plutôt hostile, la multitude des joueurs de tout âge et de toutes conditions, car la redingote correcte masquait souvent un valet de chambre ou un cocher en goguette, venus en l'absence des maîtres courtiser la chance, comme les clercs naïfs qui risquaient leur nécessaire, dans l'espoir d'une fortune vite acquise.

Le rang des joueurs se renouvelait sans cesse, l'un se retirait en jurant parce qu'il avait perdu cinq francs, l'autre se levait tout joyeux d'emporter un louis, qui assurait son souper. Seuls Jean et le prince Gourilov semblaient rivés à leur place, bien que l'heure de la clôture approchât. Le système de M. Le grand pianiste ne connaissait plus ni musique, ni famille; le seul intérêt qui subsistât au monde pour lui était la réussite de son système.

L'exaspération du prince croissait avec chaque défaite, sa volonté se heurtait à un obstacle qu'il ne pouvait briser, le destin lui résistait. Il le vaincrait, il violerait la chance: Il suffisait pour cela d'une inspiration heureuse! Ne la trouverait-il pas dans son expérience de vieux joueur?

Plus d'un quart de siècle de roulette, de cartes, de trente-et-quarante ne le sauverait-il pas? Les veines de son front se gonflaient, comme des cordes prêtes à rompre, et les yeux injectés de sang, la bouche écumante et les mâchoires énergiquement ser-. Et l'une après l'autre, prises de vertige, ensorcelées, elles roulaient sous le fatal râteau du croupier. Enfin il ne lui resta plus qu'un louis, un seul, le dernier.

Le prince Gourilov se pencha sur la table férocement, comme s'il eût voulu la retourner d'un coup de sa main puissante, puis se redressant de toute sa hauteur, pendant que tous les regards se tournaient vers lui, il prit le louis entre ses deux pouces, le fendit en deux comme une pastille et en jeta dédaigneusement les moitiés sur le tapis, tandis que sa poitrine herculéenne haletait avec un bruit de forge.

Un murmure de frayeur s'éleva de la salle, et le groupe nombreux des spectateurs recula instinctivement.

Le prince croisa les bras sur sa poitrine et parut goûter l'hommage de saisissement que son geste avait provoqué. La pelletée d'or que le râteau poussa vers lui ne lui fit plus plaisir.

Le geste dédaigneux du prince se brisant contre le destin qui, lui, l'avait favorisé, venait dissiper d'un coup l'ivresse du succès. L'angoisse trop visible de cet homme, qu'il coudoyait malgré lui, le frappa péniblement; l'indifférence et la couardise de la galerie le révoltaient. Que tout cela était misérable 1. Il repoussa sa chaise avec humeur pour quitter sa place, et la princesse Aline le bouscula pour ramasser un tas d'argent qu'il oubliait sur la table.

Au même instant, le prince porta la main de côté dans la poche intérieure de sa redingote. Il promena lentement sur tous ceux qui l'entouraient son regard altier, et l'un après l'autre ils baissèrent la tête; alors ses prunelles fauves croisèrent le regard de pitié méprisante de M. Il leva posément le bras, appuya son poing fermé sur sa tempe droite.

Un spasme contracta le visage du prince, ses yeux plongeaient toujours dans le regard épouvanté de M. Les prunelles fauves de Cyrille Gourilov, sans se détourner, se troublèrent, il tendit les deux bras en avant, la main droite serrant encore l'arme mignonne, le torse athlétique s'abattit sur les louis d'or fleurissant le tapis.

Tel dans l'arène un taureau frappé au joint tombe sous la fine lame du toréro. Un imperceptible filet de sang veinait la joue et s'épanchait en gouttes vermeilles, lentement, sur la table. Le croupier, avec un jurement, releva son râteau. Une clameur d'épouvante emplit la salle. Le groupe de curieux rassemblés derrière M. A l'autre bout de la roulette, des têtes s'avançaient curieuses; plusieurs personnes s'étaient levées, mais,.

Et déjà le prince Gourilov et M. Le tapis était net, toute trace de sang était effacée, et les gens qui avaient entendu le coup de feu, vu chanceler le corps et couler le sang se frottaient les yeux et se demandaient s'ils avaient rêvé.

Hammourabi, qui fut roi de Babylone il y a quarante siècles, jouit actuellement d'une renommée que lui envie, sans doute, plus d'un prince de notre époque. Et par la presse, dans les revues et dans les livres, on s'est occupé de lui comme on ne le fait pas souvent pour nos contemporains couronnés. Cet intérêt subit et soutenu a été provoqué par la récente publication des lois de ce roi chaldéen car ce code est le plus ancien que nous possédions, et c'est à sa découverte qu'Hammourabi doit d'être un sujet d'actualité aussi important que le tsar ou le mikado.

Il n'était point toutefois un inconnu, mais figurait déjà sur les listes de sars de Babylonie de nos manuels d'histoire ancienne, et le souvenir de plusieurs événements de son règne était parvenu jusqu'à nous. Le nom de ce souverain est, maintenant, généralement orthographié comme nous le faisons mais on hé-.

On hésite également encore en ce qui concerne l'époque exacte de son règne et cela n'a rien d'étonnant. Les données que l'archéologie nous fournit sont toujours fragmentaires et tant de causes ont pu produire une altération, voulue ou non, des documents que nous lègue le passé, qu'une grande circonspection est de rigueur.

Oppert place le règne d'Hammourabi de à avant Jésus-Christ M. Delitzsch-Mürdter de à ; M. Hugo Winckler de à Lenormant, à une époque où certains documents que nous possédons n'étaient pas connus, parle de l'an enfin le Père Scheil, le premier traducteur des lois d'Hammourabi, s'arrête à l'année environ.

Nous pouvons donc dire qu'Hammourabi vécut une vingtaine de siècles avant l'ère chrétienne probablement même à une date légèrement plus ancienne encore. Il est le sixième roi d'une dynastie qui monta sur le trône de Babylone vers la fin du vingt-cinquième siècle et dont le fondateur fut Soumouabim.

Les onze princes de cette ligne ne se succédèrent point sans difficultés ni sans interruption nous connaissons le nom d'un usurpateur, Immérou, qui détint le pouvoir après le troisième roi de la dynastie 2. Mais, quoi qu'il en soit, c'est Hammourabi, successeur de Sinmouballit, qui réussit à grouper sous son sceptre les populations de civilisation chaldéenne et à fonder le premier grand empire babylonien, après des campagnes heureuses, au sujet desquelles nous ne pouvons guère faire que des conjectures.

Lenormant, Histoire ancienne de l'Orient , tome I, p. Maspéro, tome II, p. Il lutta entre autres, et victorieusement, contre un prince élamite, Rimsin ce qui lui permit d'établir son pouvoir sur les cités méridionales de la Chaldée. Rimsin avait été soutenu par Koutourlagamar, roi de Suse, dans lequel on s'accorde de plus en plus à voir le Kedorlahomer du premier livre de Moïse, que défit Abraham; de même qu'on identifie Amraphel, roi de Schinear, avec Hammourabi.

Mais Hammourabi entrelaça la palme du prince civilisateur au laurier du soldat victorieux. Il fit creuser un grand canal, le Nahar-Hammourabi, qui devint le centre des irrigations de la Haute-Chaldée 2.

Et pendant cinquante-cinq ans il occupa le trône de Babylone, ayant donc pour la première fois constitué d'une manière durable un empire unique et unifié dans la contrée de l'Euphrate et du Tigre.

Auparavant toutes les villes avaient leur roi céleste, c'est-à-dire quelque dieu national dominant le panthéon des autres divinités, et leur roi terrestre car chacune d'elles formait une petite principauté.

Ce n'était donc pas un mince honneur déjà pour Hammourabi d'avoir pu étendre définitivement son pouvoir sur ces différentes villes et pourtant, ce que nous savions de lui, ce que les collines de sable avaient bien voulu nous restituer du souvenir de ses hauts faits, n'était point très important, puisque M.

Mais brusquement, il y a trois ans à peine, surgit le 1 Genèse, XIV, n et Lenormant, Histoire ancienne de l'orient, tome 1, p. Et ce monument prit rang parmi les pièces capitales de l'histoire ancienne, en même temps que son auteur devenait un personnage de premier plan pour la connaissance du développement de la civilisation. Dans les mois de décembre et de janvier , M. Ces trois fragments étaient les parties d'une stèle couverte de caractères cunéiformes sur ses deux faces 1.

La pierre a une hauteur de 2m25 et une largeur de im9O à la base. L'inscription elle-même comprend 16 lignes verticales sur la face antérieure et 28 sur la face postérieure. Elle parut dans les splendides volumes de mémoires édités sous la direction de M. Scheil fit alors une édition de sa traduction, sous forme d'une brochure de 70 pages 2 mais il commit, malheureusement, l'erreur de n'y point joindre l'introduction et l'épilogue, dans lesquels Hammourabi chante la louange des puissants dieux de son royaume et, surtout, entonne en son propre honneur un 1 Prof.

Die Geselze Hammurabis, von Dr. Ces passages sont pourtant très intéressants au point de vue de l'histoire et de la science religieuses. Ceux donc qui désirent les connaître devront recourir à la version allemande des lois d'Hammourabi, publiée par M. Winckler, qui en donne la traduction complète. Le lecteur est peut-être surpris qu'on ait retrouvé cette stèle dans la capitale d'Elam, à Suse. Ce n'est point la seule inscription babylonienne que les fouilles entreprises en Perse nous aient révélée.

Les souverains d'Elam, dans leurs incursions victorieuses, enlevaient chaque fois quelques monuments importants, qu'ils érigeaient comme trophées dans leur capitale. Cette coutume n'a rien qui puisse nous étonner on en rencontre des exemples même dans les fastes des nations européennes. Le transport de la stèle d'Hammourabi, de Sippar, où elle se trouvait, à Suse, dut être exécuté au cours d'une des campagnes de pillage du roi élamite Shoutrouknachounte et de son fils Koutir-nachounte, au douzième siècle avant notre ère 1.

Suivant l'habitude ancienne, le roi vainqueur se proposait même d'inscrire ses propres louanges à la place de celles que proclamait la stèle au nom de son auteur. Cinq lignes en ont été complètement supprimées à coups de ciseau; mais on n'a rien gravé à la place. Il manque ainsi environ 40 articles des lois d'Hammourabi, qu'on ne désespère pas de connaître un jour. Car il devait exister, dans les villes principales du royaume, des reproductions de ce code législatif, ainsi que le prouvent certains fragments que nous possédons et qui répètent tex1 Winckler, p.

On a découvert, entre autres, plusieurs paragraphes d'une copie ayant fait partie de la bibliothèque d'Assourbanipal. La stèle retrouvée à Suse porte, en tête et en relief, l'image d'Hammourabi, debout devant le dieu Schamasch assis sur son trône cette scène représente, sans doute, le moment solennel où le souverain de Babylone reçoit du dieu Soleil les lois qu'il devra promulguer pour son peuple.

L'introduction et l'épilogue du code invoquent ou citent un grand nombre de divinités, en rappelant leur autorité ou ce qu'Hammourabi a fait pour elles et pour leurs temples. Mes paroles sont bien pesées, ma sagesse n'a pas sa pareille. Au commandement de Schamasch, le grand juge du ciel et de la terre, la justice doit se lever sur le pays; sur l'ordre de Mardouk, mon Maître, la destruction n'atteindra pas mon monument.

Hammourabi est un souverain qui est comme un père pour ses sujets 2. Arrivons au code lui-même; il est formé d'une suite de articles, du moins en adoptant la supposition que les cinq lignes effacées à coups de ciseau sur l'ordre du conquérant élamite comprenaient 40 articles, qui font défaut.

Ce n'est point, à proprement parler, un recueil de lois soigneusement codifiées et classées; il y a parfois mélange de lois civiles et de lois pénales nous nous trouvons plutôt devant la fixation officielle de règles lentement élaborées sous l'influence des circonstances, à mesure que les cas se présentaient et que la civilisation se développait en Chaldée.

Ce n'est pas Hammourabi qui en est l'auteur il ne fait pas acte de législateur il est plus simplement celui qui a assemblé en un faisceau ces ordonnances et ces règles, touchant aux événements les plus fréquents et aux situations les plus graves de la vie de famille, du commerce, de l'agriculture, etc. Telle qu'elle est, l'oeuvre d'Hammourabi a pour nous une valeur considérable; car elle a conservé jusqu'à nous les principes de droit élaborés par les siècles antérieurs et qui firent loi dans toute la contrée sur laquelle s'étendit la domination babylonienne pendant un millier d'années environ.

La grandeur de la première civilisation chaldéenne s'éveille, en même temps, sous nos yeux et surgit du passé avec une majesté qu'on ne pouvait guère lui attribuer. Nous allons maintenant examiner rapidement la teneur de ces lois et en relever le caractère spécifique; 1 Genèse XI, 28 et 31; XV, 7. Ces lois, avons-nous dit, ne sont pas classées d'une manière absolument ordonnée; les questions de droit civil et de droit pénal sont enchevêtrées les unes dans les autres, et nous ne chercherons pas non plus une ordonnance juridique absolument rigoureuse dans notre exposition.

Ne pouvant entrer dans le détail exact et minutieux de tous ces articles, nous les grouperons en quatre grandes catégories, en tenant compte surtout des circonstances de la vie publique ou privée auxquelles ils s'appliquent l'agriculture, le commerce, la vie matrimoniale et familiale, les atteintes dolosives aux droits des individus. Mais il est évident que certains paragraphes ne rentrent qu'indirectement dans ces cadres que nous établissons.

Toute une série d'articles concernent avant tout la vie agricole, réglant les transactions, discutant et élucidant des difficultés qui s'y rapportent. Les relations entre propriétaires et fermiers; les conditions de paiement du fermage; le louage d'un animal domestique pour le labour ou d'un ouvrier de campagne; la responsabilité du pâtre vis-à-vis de son maître, en ce qui regarde les bêtes qui lui sont confiées tout cela est traité avec soin.

Nous y pouvons constater que la négligence ou la malveillance de quelques-uns nuisait, alors déjà, au bien d'autrui, et Hammourabi délimite avec précision les responsabilités de ceux qui causent ainsi du dommage à leurs voisins. Le cas d'un berger qui ferait paître ses moutons sur le champ d'un particulier sans permission, ou d'un homme qui s'en irait couper un arbre dans le verger du voisin, est aussi prévu; un pareil manque de scrupule entraîne le paiement d'une indemnité à la victime du dommage 3.

Nous citons généralement d'après la traduction de M. Scheil, parfois aussi d'après M. Winckler, qui rectifie sur quelques points. Si c'est un esclave d'homme libre, il donnera un tiers de mine d'argent 2. Si on impose au maître un prix pour le rachat de sa vie, il paiera tout ce qui lui sera imposé.

Toutes ces règles de droit, concernant les contrats de fermage et certaines conditions de la vie agricole, nous révèlent donc un état florissant de l'agriculture régulière et organisée mais d'autres indications de la stèle nous font connaître un degré plus haut encore de développement et de civilisation. Dans le royaume d'Hammourabi, non seulement la vie agricole est déjà très intense en même temps que bien réglée, mais le commerce y apparaît comme une institution parfaitement ordonnée et qui étend ses ramifications à travers le pays.

Les négociants en gros de Babel et d'autres cités n'envoyaient-ils pas déjà leurs commis-voyageurs faire l'article dans les bourgades plus modestes, où ils installaient, peut-être, des succursales?

Les voyageurs de commerce d'alors, comme ceux de nos jours, étaient exposés à se voir repousser par des négociants impatientés il pouvait même leur arriver, les routes étaient moins sûres qu'aujourd'hui, d'être dépouillés par des brigands de l'argent que leur avaient confié leurs patrons.

Ce sont les deux cas que prévoient les articles suivants 2 1 Moses und Hammurabi, par le Dr J. Leipzig, a" édition, p. Si les voyageurs de commerce n'étaient pas inconnus des Babyloniens, vingt siècles avant l'ère chrétienne, nous pouvons supposer, à plus forte raison, que les débits de boisson l'étaient moins encore.

Et, en effet, certains passages de la loi nous parlent de la corporation des cabaretiers ou plutôt des cabaretières mais on n'était point si tolérant à leur égard qu'en notre temps de suffrage universel. On louait aussi des maisons à Babylone, mais nous ignorons si les contestations entre propriétaires et locataires étaient nombreuses, car les règles à ce sujet figuraient justement dans les cinq lignes que le conquérant élamite qui emporta la stèle à Suse avait fait effacer pour y graver autre chose, à son idée.

Tout ce que nous en pouvons savoir, c'est que lorsqu'un propriétaire obligeait son locataire à sortir avant la fin de l'année du logement dont celui-ci avait payé le loyer, il lui devait en retour une indenmité dont le montant est illisible 2. Il s'agit là, en même temps, de questions pénales. La position de l'architecte n'était pas enviable non plus, en cas de négligence. Les lois concernant la vie agricole et commerciale sont détaillées et nombreuses mais le groupe d'articles législatifs le plus homogène est celui qui règle les relations de l'époux et de l'épouse épouse, concubine ou esclave , l'héritage, l'adoption, le divorce.

Ces articles sont au nombre de 68, qui se suivent 4. Une question intéressante et importante est celle des différentes donations faites à propos d'un mariage.

Cuq, professeur de droit à l'Université de Paris, les a très clairement définies dans un appendice à la traduction du code Hammourabi du P. Ces donations sont au nombre de quatre. La tirhatou est faite par le fiancé au père de la fiancée. Quelquesuns y voient le prix d'achat de la femme, ce qui semble assez probable et conforme à la pratique de divers peuples 6.

Vient ensuite la cheriqtou, qui est tout simplement la dot, constituée par le père de la femme et enfin le noudounnou, donation du mari à son épouse au cours du mariage. De nombreux articles fixent les droits des conjoints ou des enfants sur ces différentes dations et suivant les circonstances rupture, divorce, mort. Nous ne pouvons entrer dans le détail de cette règlementation juridique très précise qui s'applique à des cas fort divers. Lors du décès de la femme, la dot, la cheriqtou, ne retourne pas à son père et ne devient pas la propriété du mari ce sont les enfants qui en héritent 2 au cas où un homme ayant eu deux épouses successives, et de chacune d'elles des enfants, vient à mourir, ceux-ci se partagent également l'avoir paternel, mais la cheriqtou des mères revient à leurs enfants respectifs 3.

Si la femme meurt sans enfants, le père rendra la tirhatou, mais le mari ne pourra élever aucune prétention sur la dot de son épouse 4. Cette obligation pécuniaire mettait donc un certain frein à la trop grande liberté de l'homme l.

De nombreux articles, cela va sans dire, touchent à la question de l'infidélité possible des conjoints, et l'un de ces articles permet même de conjecturer que le mariage pouvait se conclure, longtemps d'avance, avec une enfant qui demeurait alors dans la maison paternelle 2.

Nous avons ainsi résumé les lois concernant les trois premières catégories dont nous avons parlé agriculture, commerce, vie matrimoniale et familiale 3. Les autres lois que nous groupons dans la quatrième classe se rapportent aux atteintes à l'honneur, à la propriété et à la vie d'autrui spécialement le vol, les abus de confiance et les sévices graves.

Elles forment trois séries d'articles 5. Hammourabi et les législateurs ou les juges babyloniens n'étaient point tendres pour les voleurs. Il est passible de mort, celui qui dérobe un objet faisant partie du trésor du temple ou du palais celui qui facilite la fuite d'un esclave, ou le recueille dans sa maison, sans le livrer à son maître 2. Il est passible de mort celui qui, ayant volé un animal, ne peut rendre au trentuple s'il s'agit du palais, au décuple s'il s'agit d'un mouchkinou 3.

On raconte que, lors d'un incendie, il se présente parfois des gens dont le dévouement ne cache que le désir de profiter du désarroi pour s'emparer de quelques objets; certains sujets du roi Hammourabi avaient déjà le même défaut; mais ils risquaient de subir un terrible châtiment s'ils étaient pris.

Un esclave pouvait être donné dans les mêmes conditions, cela va sans dire. Quant aux brigands, on n'hésite pas longtemps sur leur sort: Mais nous reviendrons là-dessus dans le chapitre suivant, en parlant des pénalités et du point de vue auquel le législateur babylonien se place pour évaluer le dommage, suivant la personne qui le subit.

En quoi consiste cette esthétique? Le premier trait de cet art est l'absence de tout ce qu'on est convenu d'appeler un sujet. Non qu'en réalité il n'en contienne de quelque espèce, le moyen d'y échapper? Pas une peinture d'histoire, une peinture religieuse, pas un fait, une action ou une anecdote. On en a un signe matériel en ce fait qu'à 1 Pour la première partie, voir la livraison de septembre.

On ne saura ni ce qu'il pense, ni ce qu'il sent, ni ce qu'il rêve. Son histoire nous reste inconnue et son présent impénétrable. Peut-être s'ignoret-il lui-même comme nous l'ignorons.

De tous les intérêts qui tourmentent les hommes et qui les font vivre et mourir, il n'a conscience que de sa beauté. Rien ne trouble cette forme exquise et virginale. L'haleine de la vie ne ternit même pas la glace où elle se contemple.

A quoi songe-t-elle devant le muet témoin limpide d'où surgit cette autre elle-même? La rose ne sait rien qu'une chose: C'est la formule extrême et absolue de l'Art pour l'Art Whistler en a toute sa vie été le champion convaincu. Que non seulement le récit, le fait-divers de toute nature soit à exterminer de l'art, comme vulgarité, moyen d'entremetteur ce qui vaudrait déjà la peine d'être discuté , mais que la beauté soit à elle-même sa propre fin, qu'elle se suffise, qu'elle subsiste en dehors de toute émotion, de toute expression, ce sont là des sophismes assez communs en France, où Whistler les a pris, et où ils sont gibier de littérature à la feuille mais c'est ce qu'on n'admet pas de même en Angleterre, où l'on veut que le tableau parle à l'esprit non moins qu'aux sens, pique la curiosité, intéresse l'intelligence, et où l'on exige du pinceau qu'il écrive, explique, nomme, détaille, raconte, au lieu de se borner à peindre.

De là toutes les luttes de Whistler de là ses querelles, ses colères, ses sarcasmes. Et l'on en peut bien rire, et railler avec lui l'ignorance de son public, son défaut d'éducation, sa trivialité de goûts mais on est confondu de la somme d'émotions humaines que l'irascible artiste déclare, sur cela, étrangère à son art. Un art qui se retranche toute émotion supérieure, morale, intellectuelle; qui sacrifie l'histoire et la légende, la pensée et la prière, est un art bien étroit.

On a le droit de le trouver mal à propos mutilé de ses sources d'inspiration les plus idéales, de sa signification la plus précieuse. L'artiste qui s'est réduit là ne sera jamais compté au nombre des bienfaisants génies, des créateurs divins qui nous ont fait un monde plus beau et plus vrai que le nôtre. Mais il lui reste encore une part intacte, quoique restreinte, et c'est celle, à vrai dire, qui est le propre de son art.

Il serait donc injuste de conclure de ce qui précède que Whistler manque d'imagination. Mais la sienne se limite strictement à l'exercice d'une faculté: Comme sa nature ou ses théories ne lui permettent guère d'autre genre que le paysage et le portrait, on verra aisément, sur ces exemples assez simples, sa manière d'en user, ce qu'il fait, ce qu'il ne fait pas, les particularités d'expression ou de syntaxe qui distinguent son style.

Le premier point de son esthétique est la liberté d'en prendre à son aise avec la nature, de la consulter dédaigneusement, sans s'y soumettre, comme un cavalier demande à un paysan un nom de village éloigné: Ce tableau, il ne l'extrait pas de l'individu qui pose sous ses yeux, mais il le lui impose, bon gré mal gré, comme un harnais ou comme un joug.

C'est ainsi que deux. L'auteur ne se préoccupe que d'une certaine géométrie dont il porte en lui l'exigence il fait bon marché de la physionomie du modèle il se moque de sa psychologie. Tels portraits de lui, comme l'Andalouse, la Tulipe, ne sont aperçus que de dos, comme si la beauté principale des modèles était leur échine et leur robe, et le visage un accessoire de même valeur que le chapeau.

Il intitule ses portraits Arrangements en noir et gris, en or et rose; le premier de ces titres est à la fois celui du portrait de sa mère et du portrait d'Irving. Ce qui lui attire, au procès Ruskin, cette question de l'attorney: Le public n'a qu'un point à juger: La première impression, en regardant l'exquise Miss Alexander, qui est ce que son pinceau a produit de plus achevé, est un souvenir de Velasquez même tonalité d'argent, même travail mousseux, fluide, insaisissable dans les blancs de la jupe, même émail noir de la ceinture, même nuage de cheveux d'or pâle et cendré; tout, dans cette admirable image, évoque la jeune Madrilène de la salle La Caze, au Louvre.

Et pourtant il règne dans l'ensemble on ne sait quoi de plus lointain, d'aussi décidé tout en étant moins positif, de plus anémié en couleur, en dessin de plus grêle, un degré de recherche et d'irréalité, un style plus. La Fille blanche, la Princesse ont vaguement l'air de pendues. La mère de l'artiste, Carlyle se collent à la muraille, s'y aplatissent de leur mieux, de crainte de vertige et de chute. Miss Alexander semble une danseuse qui, dans un rôle de fée, exécute un pas dans les airs, soutenue par une corde invisible tombant des frises du théâtre.

Sarasate a une apparence encore plus fantastique il émerge des ombres en un lieu indéterminé de la toile, ,comme un petit diable d'Hoffmann, un Méphisto en habit noir venant donner une sérénade. Tout l'effort de l'artiste est de trouver une division ingénieuse d'un espace donné, une ligne dessinant sur le fond une arabesque intéressante.

Les deux gravures encadrées d'une baguette noire comme des lettres de faire-part, et le rideau noir à fleurs blanches qui décorent le fond du Carlyle, du Portrait de ma mère, jouent dans ces deux tableaux un rôle décisif, un rôle d'échiquier à cases noires et blanches. L'effet de la Miss Alexander repose principalement sur la large plinthe noire qui divise le tableau vers les deux tiers de la hauteur, à la base du mur, et sur l'étroite raie noire qui, la coupant à angle droit, subdivise le reste du mur en deux champs inégaux suivant la verticale effet purement géométrique, qui, en écartelant impérieusement le fond, semble repousser la figure de sa place réelle,.

Est-ce un intérêt de cet ordre, un heureux emploi des surfaces, — que se proposaient Velasquez dans son Innocent X, ou Titien dans son Arétinf Que gagne le tableau qui abandonne le caractère pour le pittoresque, l'expression des volumes et des corps pour la recherche abstraite du contour et de la silhouette?

Il ne trouve dans la forme humaine rien de mieux qu'un thème décoratif et tourne délibérément au papier japonais. On dirait d'un marin moderne qui, pouvant régner en haute mer, reviendrait aux méthodes d'Ulysse et naviguerait le long des côtes, n'osant perdre de vue le profil des falaises. Tout indique chez Whistler ce souci exclusif. La représentation de la figure individuelle est entièrement étrangère à l'art de l'Orient il semble ignorer la valeur de la personne humaine.

Ses maîtres, qui mettent tant de vie et de caractère dans un corbeau, une grenouille, une mouche, n'ont qu'un seul type de visages. Toutes leurs figures se ressemblent: Nous admettons malaisément une convention si singulière. Rien ne nous montre mieux quel. On peut dire, il est vrai, que même chez nous autres Occidentaux les plus sublimes. Mais nous n'en savons rien: Beaucoup de portraits fort médiocres ne vivent que parce qu'une tradition décevante y attache le nom d'une personne particulière.

Vierges de Raphaël passent pour des Fornarines: Fornarine n'a sans doute jamais existé; mais le besoin était si fort, qu'il a fallu l'inventer. Combien de fausses Laures et de Béatrices apocryphes! Sur quels traits parfois misérables ces noms bénis se sont posés! La Jocondeelle-même eût vécu moins longtemps par l'énigme de son sourire, si son sourire ne promettait le secret de son être et le mystère de sa vie.

Rien n'est plus incertain que la raison de ces légendes.. Le hasard en décide seul le plus souvent. Le génie de l'artiste n'y a qu'une part souvent médiocre.

A dater d'une certaine époque, il n'a vécu. Pour saisir sur le vif cette transmutation des choses, on le voyait choisir l'heure extrême du jour, l'heure où le soir envahissait lentement l'atelier, où les ombres muettes s'allongeaient par la chambre.

Le visiteur qui survenait à ce moment le surprenait en plein travail. On distinguait à peine la toile, le modèle. Mais il s'acharnait à arracher cette forme des ténèbres, à la retenir sur le bord de l'empire nocturne et de l'Erèbe.

Il vantait ce système étrange avec son éloquence ordinaire. Et cela, je défie la nuit de l'effacer de mes regards! Mais il arrive que le tableau suive le naufrage de tout le reste; il arrive qu'à force d'effacer les détails, l'ensemble à son tour se dissipe, et qu'à force de dédain pour les choses, l'image elle-même disparaisse.

Le clair-obscur entre leurs mains n'est qu'un ingénieux instrument pour obtenir quoi? Mais Whistler hait le clair-obscur. Il ne peut pas souffrir. Au fond, le clair-obscur est le recours désespéré des amoureux de la lumière: Mais Whistler, tout hanté de souvenirs d'Orient, l'oeil plein d'arabesques paisibles et de formes décoratives, n'admet plus ces explosions, ces violences qui trouent la toile.

Le dessin se noie dans les ombres, et comme Whistler s'interdit, pour accuser les formes, les grandes lumières, les grandes saillies, tout sombre sans ressource: Cet art qui se prive d'action, de pensée et de vie, se réduit à une arabesque et se plonge enfin dans la nuit, par quoi remplace-t-il tant de pertes? Que nous donne-t-il en échange de tous les sacrifices qu'il exige de nous? Ecoutez ce fragment de dialogue engagé au procès Ruskin. Il s'agit d'un Nocturne représentant le pont de Battersea.

Prétendez-vous que ce soit là une vue exacte du pont de Battersea? Ce n'est qu'une scène de clair de lune, et la pile au milieu de la toile ne ressemble peut-être pas à celles de Battersea, telles qu'elles se voient en plein jour.

Quant à ce que cela signifie, cela dépend de qui regarde. Il y en a qui y verront tout ce que j'ai voulu dire; d'autres n'y verront goutte. Je suis vraiment ravi que vous voyiez cela.

Tout ce que j'ai voulu était d'obtenir une certaine harmonie de couleurs. On ne saurait dire plus clairement qu'on immole tout à la couleur, comme à l'unique raison de la beauté. Mais cet élément même de tous les tableaux de Whistler n'a pas été chez lui plus invariable que tout le reste; c'est lui qui a été chargé de traduire toutes les modifications successives de son esprit et de son art.

Rien n'est plus curieux que cette évolution. La Fille blanche est peinte tout à fait à la manière anglaise, par la couleur posée à sec sur la toile. D'une année à l'autre la notion de la couleur s'affine, se spiritualise. Elle n'est pas modifiée seulement dans ses épaisseurs, mais dans les tonalités mêmes. Pour obtenir l'intensité, Whistler, à l'exemple des Vénitiens, compte de moins en moins sur l'éclat, de plus en plus sur les accords.

Il en vient à concevoir les accords comme possibles presque en dehors de toute couleur, dans une sorte de langage abstrait et généralisé qui est à la grammaire proprement dite de la peinture ce que l'algèbre est à l'arithmétique. Quelques notes simples et graves, des blancs, des noirs, des gris, des bistres, quelles merveilles Velasquez et Franz Hals n'ont-ils pas tirées de cette gamme si pauvre C'est la gloire qu'après eux ambitionne Whistler. Mais son idéal despotique de peinture décorative introduit, dans cette palette déjà si sévère, une restriction nouvelle: Après les premières heures de travail, qui sont, dit un témoin, une.

Ce n'est pas tout. Non seulement le tableau, mais le cadre non seulement le cadre, mais l'exposition où il doit figurer, tout devient l'objet de soucis, de préoccupations nouvelles. L'une de ces expositions était une symphonie en jaune tentures, tapis, boiseries, catalogues, tout était couleur bouton d'or; le laquais de service avait un habit bouton d'or.

Le costume d'un visiteur fut jugé désastreux pour l'ensemble. Whistler s'en plaignit aux journaux 1. A ce degré, un goût n'est plus qu'une manie. Tout irrite et tout blesse. On est blasé, et rien que blasé. Ce n'est plus l'art qu'on aime, c'est l'artificiel. Tout ce qui est dans la nature fait mal ou fait pitié.

Ce mot devient à peu près toute l'esthétique de Whistler1. Et à force de raffinements, ce peintre, pour qui toute peinture n'est que couleur, deviendra un peintre nocturne. Bien des artistes, depuis Fouquet dans la Nativité des Heures de Chantilly, jusqu'à l'admirable Nuit au village de Cazin, ont senti et rendu la poésie des heures nocturnes. Ils furent admirables de courage et de dévouement. Ils étaient venus avec des lampes à acétylène et c'est grâce à eux que les sauveteurs purent immédiatement entreprendre de dégager les victimes-.

Du reste, toute la population de Céreaces se retrouva bientôt sur les lieux de l'accident, toute prête à aider aux opérations de sauvetage. Sans doute ont-ils encore dans les yeux la vision de l'épouvantable charnier qu'ils viennent de quitter. Non, je n'ai rien ressenti pour cette raison que j'étais à quai. Si j'avais été dans sa vigie, j'aurai été tué. Mon wagon, vous l'avez vu, a été littéralement broyé. Je n'ai eu le temps de rien voir. Le chef de gare, M.

Le lourd convoi, mon train était extrêmement chargé car 11 était formé d'une série de wagons destinés la foire de Gavray et comprenait en outre plusieurs wagons de pommes, venait de reculer de vingt mètres, lorsque, débouchant d'une courbe assez prononcée, le surgit en face de lui. Les deux convois, à cet instant, n'étaient plus à cinquante mètres 'un de l'autre. Le choc était inévitable.

On entendit le grincement des freins, le sifflement de la vapeur, brutalement renversée. Et puis, dans un bruit formidable de ferraille qui éclate et de bols qui se brise, la locomotive du train de voyageurs vint s'écraser contre la locomotive du train de marchandises.

La première s'était écrasée sous le tender Il n'en restait plus que la plateforme. Les deux suivantes n'avaient plus de cotés. Mais, nous n'arrêtions pas notre pensée aux dégâts matériels.

Des débils du train de voyageurs, des cris, des hurlements, des plaintes qui déjà, insensiblement, se transformaient en ràles, s'élevaient soudain. Ahl Monsieur, j'ai 27 ans de réseau, sans jamais avoir vu d? Jamais, je ne pourrai chasser de ma mémoire cette atroce vision. Sous les débris des wagons, des hommes, des femmes, des enfants le ramenait de nombreux élèves du collège de Coutances se ébattaient, les uns indemncs, les autres blessés.

Et dans l'obscurité, les hurlements de ces pauvres gens ajoutaient au tragique '. De la gare et de la Uillerle on était accouru avec des tempes à acétylène. On put alors juger de toute l'horreur de cette scène. Ensevelies sous les wagons, une vingtaine de personnes appelaient à l'aide.

On s'empressa près des bleasés. On en retira une vingtaine, dont neuf assez sérieusement touchés. Quel épouvantable travail J'ai vu un homme, la jambe droite et la poitrine serrées sous un essieu, qui appelait, qui suppliait qu'on le dégageât.

La masse d'acier qui l'écrasa était trop lourde pour c,ue l'on songe à 1a soulever uns le secours d'un matériel spécial. Et pourtant, cet hommee, on ne cuvait l'abandonner ainsi. Attendre l'arrivée d'une 6rue. Alors, une équipe de sauveteurs s'attacha à faire glisser la pesante masse d'acier.

A chaque effort des sauveteurs, l'homme dont la chair était ainsi broyée, poussait des hurlements de douleur, Enfin. A c0t6, une jeune femme atrocement blessée à la tête, le visage ensanglanté, suppliait qu'on l'achève. Rohard, le chef de train, hoche trisgement la tête. Son compagnon, un chcmlnot du dépôt de Lison, comme lui, M.

Oauvaln, reprend le récit Il était bord du train de marchandises lorsque la rencontre se rroduisit. Quel choc J'étais debout dans mon wagon. Je fus projeté contre les cloisons. Voyez, j'en ai un genou abimé et mon pantalon a été déchiré.

Le jour se lève maintenant. C'est pour les sauveteurs le moment attendu pour continuer leur tâche avec plus de facilité. Une cloche qui teinte c'est l'Angélus. Ainsi que l'Ouest-Eclair l'a dit dès hier, sept cadavres avaient été retirés des débris des wagons broyés cinq hommes et deux femmes. Duliau, demeurant rue Tourville, à Coutances M. I Léon Iemareschal, employé de chemins de fer à Argentan M.

L qui rentrait de permission et qui, griève- ment blessé lui-même, avait été transporté à l'hôpital de Coutances. Une vingtaine de blessés, moins gravement atteints, reçurent sur place, dans une salle de la gare, transformée en infirmerie, les soins que nécessitait leur état.

Noua l'avons signalé aussi la population de Cérences et particulièrement les employés de la gare les employés de la distillerie du Craonnais, obéissant aux ordres et aux conseils de M. Le docteur Racqûflly que bous rencontrons encore sur les lieux, nous dit dans quel lamentable état ne trouvaient les corps dés malheureuses victimes qui toutes avaient pris place dans la première voiture de 39 classe. Il nous cite tout particulièrement le cas de ce cultivateur de Parigné Mayenne qui fut complètement écrasé entre les deux banquettes.

Le docteur Racqullly et le docteur Lemonnyer ont rendu visite aux blessés et ils peuvent nous donner sur leur état des nouvelles rassurantes Le déblaiement de la voit. Avec le Jour, le travail de déblaiement de la voie se poursuit activement. Le wagon-grue de 50 tonnes de la gare de Rennes est arrivé dans la nuit. Le wagon-grue de Mantes, d'une force de 75 tonnes, est arrivé aussi. Et des équipes d'ouvriers sont venues de partout. Avec une activité fiévreuse, on a commencé par explorer les wagons pour s'assurer qu'aucune nouvelle victime ne s'y trouvait plus.

On a visité aussi le ravin, planté de ronces touffues qui longent la voie et dans lequel avait été projetés des débris de wagons. Tout le long de la vole qui a été arrachée sur une trentaine de mètres, on découvre des marchandises qui ont été projetées hors des wagons éventrés. Des centaines de tonnes de pommes gisent, écrasées, dans les fossés, et dans un coin, des boites de fromages jonchent le sol par douzaine.

Sur les parois des voitures broyées, des traces de sang des lambeaux de vétements. Il n'est que de regarder cette scène pour se faire une idée exacte de la violence du choc. Les deux locomotives, deux très fortes machines du dépôt de Lison, sont encore face à face, littéralement embouties l'une dans l'autre.

Magistrats et fonctionnaires des chemins de fer, poursuivent l'enquête. Aux autorites régionales et au Parquet de Coutaucus.

Duhamel, juge d'instruction Chauveau. Outrez, lngénieur en chef de l'exploitation Baticle, directeur du contrôle technique au Ministère des Travaux Publics Mayer, ingénieur en chef du contrôle; Surieau, chef de service de l'exploita- tion.

Dans le bureau du chef de gare, le magistrat instructeur, poursuit son information. La version officielle de raccident Voici maintenant la version de l'accident telle que l'enquéte officielle, menée à la fols par les services techniques des chemins de fer et par le Parquet de Coutances, a permis de l'établir.

Le chef de la gare de Cérences, M. Il était alors 17 h C'est alors qu'il ordonna le refoulement sur une voie dr. L'arrière du était engagé de vingt mètres sur la voie de garage lorsque le se présenta, lancé a toute vitesse, dans la courbe de la vole, à cinquante mètres. Si le mécanicien du avait scrupuleusement respecté le règlement, il eut dû arriver dans cette courbe à la vitesse réduite de 30 à 35 kilomètres à l'heure.

Or, la bande de l'appareil Flamand qui enregistre les vitesses indique que le train était lancé à une vitesse horaire de 83 kilomètres. Même en tenant compte du décalage à observe pour tenir compte du retard qu'apporte l'appareil à enregistrer un coup de frein, il n'est pas douteux et Il le reconnaîtra devant nous que le mécanicien du train de voyageurs, M.

Tiphaine, avait lancé son convoi à une vitesse trop grande. Ce signal ne l'obligeait pas à stopper son convoi; c'était un avertissement qui lui enjoi- gnait de surveiller sa vitesse de façon à pouvoir s'arrêter immédiatement si quelque obstacle se trouvait soudain sur son chemin. Le mécanicien devait d'autant plus se conformer à cette prescription que son convoi roulait sur une déclivité assez prononcée 15 millimètres par mètre et que par conséquent la vitesse était d'autant plus difficile à freiner.

Tiphaine eut le tort do ne pas obser. Quand, à la sortie de la courbe, il aperçut devant lui. Et l'inévitable se produisit. Quelques minutes plus tard, sept cadavres gisaient, atrocement mutilés, au milieu d'un Informe chaos de ferrailles tordues et de boiseries défoncées.

Nous avons pu joindre le mécanicien Georges Tiphaine dans Jû.. Son chauffeur, Auguste Collet, est avec lui et aussi le chauffeur du train de marchandises, Jean-Baptiste Lalné, qui, lui, souffre d'une sérieuse fracture de la mâchoire. Les deux premiers, Georges Tiphaine et Auguste Collet, bien que paraissant moins touchés, ne sont pas Indemne.

Il d'importé après avoir été interrogés par le magistrat instructeur, M. Duhamel, qui s'acquitte de cette tâche avec activité et délicatesse, ils demeurent là, tous trois, prêts à répondre à l'appel des enquêteurs. Voyons, demandons-nous au mécanicien, un vieux cheminot déjà puisqu'il compte plus de six années comme mécanicien de ligne, comment expliquez-vous l'accident? Georges Tiphaine, ses chefs nous le diront, fut toujours bien noté. Cest le premier accident qui lui arrive.

A ses belles qualités de travail, Tiphaine en ajoute une autre la franchise. Vous me posez là une question à laquelle il m'est difficile de répondre. Il y a ici des enquêteurs compétents qui vous l'expliqueront mieux que moL Pourtant, je dois reconnaître que j'ai commis une légère négligence.

Je ne l'ai pas fait aussitôt. Mais pouvais-je penser un instant, alors que mon train est un convoi régulier qui passe à heure fixe alors que vraisemblablement on avait annoncé à Cérences mon départ de la station précédente, Hudimesntl.

J'étais maître de mon convoi. Si j'avals pu continuer ma route, je l'aurais stoppé, j'en suis aùr, au point d'arrêt réglementaire. A quelle distance avez-vous aperçu le train de marchandises? A environ cinquante mètres. Le tamponnement, à ce moment là n'était plus évitable. Et vous n'avez pas eu l'Idée de sauter hors de votre machine?

Sauter de ma locomotive 1 Mais vous' n'y pensez pas. C'eut été une désertion. J'ai tout essayé, le bloquage des freins, le renversement de la vapeur. Il n'y avait rien A faire. Sans cette précaution nous aurions été certainement brûlés. Voilà, c'est tout ce que je puis vous dire Il. Pensez, elle attend un bébé. Il y a quelques quatre ans que M. Renouf est chef de gare à Cérences. Cordial et ponctuel, aimant à rendre service, excellent fonctionnaire en un mot, M. Renouf n'était pas seulement apprécié de ses chefs.

Il jouit dans le pays de l'estime générale et tous ceux qui le connaissent sont unanimes le plaindre. Il a été suspendu de ses fonctions en attendant et la décision du Parquet, et celle de ses chefs hiérarchiques.

Maintenant, il passe ses consignes à un collègue. Tenez, les instruments de bord du train tamponneur nous fixeront peut-être sur ce point. Pourquoi ne pas admettre que le était quelque peu en avance; il m'eut suffi d'un battement de 30 secondes pour expédier mon train de marchandises sur la vole de garage.

Le serait alors passé normalement. Mais, pourquoi Tiphafne n'a-t-il pas obéi à l'avertissement du signal avancé? Vers la fin de la matinée, M.

Duhamel, juge d'instruction, avait terminé ses interrogatoires. En raison des imprudences commises par le chef tamponneur, coupables l'un et l'autre de n'avoir pas scrupuleusement observé les règlements, le magistrat a décidé d'inculper MM. Renouf et Tiphaine d'homicides et blessures par imprudence. En raison de leurs bons états de service, le chef de gare et le mécanicien n'ont pas été placés sous mandat de dépôt.

Duhamel leur accordant le bénéfice de la liberté provisoire. La liste officielle des morts Voici la liste officielle des victimes M. Dalix, professeur à l'Eccle pratique de Cherbourg M. Delorme Jean-Baptiste, retraité des douanes à Tourlaville M.

Dufour Jean, marchand de bestiaux à Parigné Mayenne M. Une cérémonie officielle aura lieu mardi à 15 heures, en l'église de Cérences. Des équipes d'ouvriers travaillent activement au déblaiement et à la réparation des voies.

Déjà, dans la nuit, les wagons restes sur rails avaient été refoulés dans les deux sens. Seuls étaient restés les wagons enchevêtrés et les locomotives qu'il fallait photographier et examiner pour les constats réguliers. Ces opérations, faites dès la première heure, permirent de laisser la place libre aux équipes de travailleurs. Dés midi, les principaux débris étaient enlevés, une des locomotives dégagée et les poseurs remettaient en place trarverses et rails.

On espère que le trafic sera rétabli mardi matin. Daladier au côté de M. Dautry, qui arriva lundi après-midi à Cérences. Après avoir été saluer les blessés, le ministre et le directeur général des Chemins de fer, auxquels s'étaient Jointes de nombreuses personnalité du département et du canton, sont allés s'incliner devant les cercueils des victimes.

On gardera un mauvais souvenir à Cérences de la Saint1 Luc Gibaud, de Glenac Morbihan , marchand de machines à coudre, qui se rendait à Littry Calvados , en compagnie de sa femme qu'il a réclamée à plusieurs reprises avant de mourir, est décédé à 23 heures à l'hôpital de Coutances, des suites de ses nombreuses et graves blessures.

Le père de la victime habite Cherbourg. Derouet Jules, facteur des postM aux Pieux, père de 3 enfants, dont la famille habite Mesnildrey, porte une plaie profonde à la jambe droite sans lésion osseuse: Vardon Albert, employé de chemins de fer à Folligny, 2 enfants, souffre d'une commotion cérébrale et de contusions multiples; M.

Battais André, marin de l'Etat du Centre d'aviation maritime de Cherbourg, dont la famille habite Fougères est atteint, d'une forte contusion il. Belhomme Henri, employé à l'ar- senal de Cherbourg où demeure M mère, est atteint d'une fracture ouverte compliquée de l'avant-bras gauche M. Deshayes Raoul, réserviste au 7' chasseurs à Evreux.

Ajoutons que le jeune lycéen Raoux a eu la lèvre légèrement fendue. Mlle Mande, du collège de jeunes filles, porte une contusion au genou et M. Marie, peintre à Coutances, a été peu gravement blessée à la tête. Sont à l'hôpital de Granville. Nous avons interrogé M. Il nous a déclare qu'après le enoc.

Le service de transbordement a été assure par la Satos de la Compagnie des chemins de fer de la Manche. Le mécanicien du train tamponneur n'a que des blessures très légères, des contusions sans gravité, son chauffeur. Collet Auguste est un peu plus sérieusement blessé mais sans aucune gravité, à la hanche droite: Le mécanicien du train tamponné s'appelle Anquety. Un service funèbre sera célébré aojourd'hui, à 15 heures.

Aussitôt après, les corps des victimes pourront être diriges. M Glraut père va décider avec les parents de la jeune femme de son fils si leurs deux cercueils seront dirigés sur Cherbourg ou vers Glénac. Le père de M. A propos de M. N'oublions pas de dire aussi que M. Beauclair, inspecteur chef des gares, a tenu à se rendre personnellement près des familles des victimes pour leur donner tous renseignements et leur apporter aussi toutes ses sympathies.

Mgr VéH- que de Coutances. La terrible catastrophe de chemin de ter d e Carences iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Les clichés que nous publions dans cette page donnent une idée de la violence avec laquelle se produisit la collis: Le fourgon du train de marchandises dans lequel le chef de train Pohard eut pu ne trouver s'il n'avait surveillé du quai la manoeuvre. Cette photographie, qui représente l'un des wagons de voyageurs donne une idée de la violence du télescopage On s'emploie à réparer et à dégager la voie.

Doivent y assister M- Fouaehe. Maundrell, maire de Coutances M. Helguard, maire de Cérenees M. Lepesant, conseiller gênerai et le consell municipal de la commune. De notre correrotdat ; particulier. André Batte, originaire de Fougeres. Il est matelot au centre d'aviation maritime de Cherbourg. Baté porte des contusions a ia tête. Guerrouais est depuis peu facteur aux Pieux il est âge de 35 ans environ, marié et père de trois enfants. Il revenait de voir sa famille qui est restée à Mesnildrey 'Manche quand l'accident s'est produit.

Au nombre de ces blessés légers figure M. Marcel Oursin, un jeune Granvillais qui vienait de passer son dimanche avec sa mère et qui. Nous avons eu la bonne fortune de rencontrer M- Oursin au moment où il venait de rentrer a Cherbourg lundi matin, pour reprendre son travail et où il déclarait à la gare d'arrivée non seulement les ecchymoses qu'il portait à la tête et aux jambes.

Pendant quelques secondes, je n'ai pas compris ce qui se s'arrêtait et si essayé de voir un peu où je me trouvais.

J'ai tant bien que mal tiré ma jambe que retenaient des objets divers et j'ai pu enfin arriver à l'air libre. Des témoins m'ont amené à la gare et j'ai pu me ressaisir. Il faisait nuit et je n'ai rien vu. Je sais seulement que j'ai eu une chance merveilleuse, car tous ceux qui se trouvaient avec mot ont été ou tués, ou blessés sérieuse- ment.

La nouvelle de la catastrophe de chemin de fer de Cérences aussitôt connue dans notre ville a cause une vive émotion et l'inquiétude de plusieurs familles aurait été soumise à une rude épreuve, si un des voya. Depuis le grave accident de la gare de Montviron. C'est dire l'émotion qu'elle suscita un peu partout. Ils furent admirables de dévouement. Partout le silence de la nuit était impressionnant.

Quatre blesses sont en traitement à l'hôpital de Granville où Us reçoivent les soins les plus empressés En nous rendant pour la seconde fcis à leur che. Le militaire Louée Célestin est déjà levé; quant à Jouaauit Gaston, il se trouve lui aussi beaucoup mieux.

Il en est de même de M. On attend a l'hôpital de Granville un nouveau blesse en traitement dans sa famille à La Haye-Pesnel. Parmi les blessés hospitaUs. Il se porta avec d'autres militaires au secours des blessés. On le transporta à l'hôpital où 11 fut attentivement examiné à la radioscopie. Comme dimanche soir les auto-cars de la Compagnie des '"hemins de Fer Normands ont assuré toute la journée de lundi le transbordement des voyageurs et des colis.

C'est le service des Pompes 'Funèbres de Granville qui a procédé à la mise en bière des malheureuses victimes de cette terrible catastrophe. Dès qu'il a eu connaissance du grave accident de chemin de fer survenu hier soir prés de la gare de Cérences. M Edouard Daladier, ministre des Travaux pu- Nies. Edouard Daladier a prié M Margaine. M Margaine a quitté Paris ce matin, accompagné de M Dautry. En même temps, les dirigeants de ce club distribuent solen.

Des discours furent prononces par MM. Moreau et Georges Durand. Un prix de 10 francs. Nous rappelons que ta personne dont le prénom commence par A. Pour les femmes mariées, c'eat le nom de jeune fille qui compte. Dans les noms de tam: Exemple dans Le Grand. Si te gagnant naoite en dehors ae Rennes tl est prié de faire parvenir à l'adresse indiquée ci-deesus. Serptce des Cotteouro et dant les 3 jours, sons pli recommandé, les entêtes des exemplaires de t Oueit-Eetc.

Naturellement, suivant l'usage, le personnel de l'Ouest-Eclair, ni leur famille ne pourront bénéficier de nos cadeaux-surprtMt. Née le 11 septembre Elle montait le grand escalier de L'Ouest-Eclair quand un de nos collaborateurs la rencontra. Et voilà comment L'Ouest-Eclair eut le plaisir de dépoter deux billets de francs dans la corbeille de mariage de MHe Denieul à qui il offre ses meilleurs pcetu:. A peine se fut-il immobilise que deux détonations se firent entendre et que, brutalement poussée hors de la voiture par un homme qui brandissait un revolver, une femme venait rouler sur le trottoir, perdant son sang en abondance.

L'agent Caroff, en faction devant le poste, désarma aussitôt le meurtrier, puis. Morin, commissaire de police. Interrogé, le meurtrier a déclaré: Comme le magistrat lui demandait de s'expliquer sur les mobiles de son acte, Tougnet. Tougnet, qui n'a cesse pendant son interrogatoire de tenir des propos incohérents, a ajoute que s'il avait tué sa mère, c'était dans le but de la soustraire à ses ennemis.

Le parricide portait sur lui une lettre qu'il a montrée au commissair et dans laquelle 11 exprimait en termes particulièrement violents son intention de s'attaquer à la personne du préfet de police ou à toute autre autorité, puisque tout le monde voulait son malheur.

Tout semble indiquer qUE l'on se trouve en présence d'un drame de la folie. Après avoir adopté le projet de budget de la S. Cette décision devra être ratifiée par. Le dernier wagon d'un tram de voyageurs a déraillé en gare d'Innsbruck On signale deux tués, dont une temme. La politique allemande de contingentements a subi à Rome une défaite complète; la Commission allemande va négocier maintenant avec la Franche, qui est intéressée avant tout au projet allemand de contingentement des importations de fruits et de légumes français.

Pour l'année , les exportations françaises de fruits vers l'Allem3gne se sont montées à 8 On pense à Berlin que les négociar tlons avec la France ne se heurteront pas aux mêmes difficultés qu'à La Haye et à Rome. Raoul SMntR Dans l'ensemble. Oatns et pertes compensés, les gauches ne doivent guère marouer qu'une avance de quelques sièges.

Après la vague de fond des élections légtslattves. Des le premier tour. Il n'en tut rien. Les socialistes perdirent flnale- ment un siège. Les radicaux-socialistes n'en gagnèrent que 4 dont te caractère fut certain, et des radicaux dissidents battirent les orthodoxes dans plusieurs départements.

Ce tut le triomphe de la concentration contre te cartel. Le Sénat de demain sera donc, exactement comme celui d'tuer. Le Petit Journal lE. On indique que les négociations se poursuivent par la voie des chancelleries avec le gouvernement allemand. On montre ici peu d'espoir d'y parvenir avant plusieurs jours.

Le journal ajoute que certaines personnalités politiques anglaises songent à Locarno comme lieu de rencontre et pensent que ce moyen terme pourrait concilier les vues françaises et allemandes. Grandi, ambassadeur d'Italie à Londres, qui a rejoint son poste hier soir.

Prépare-t-il méthodiquement l'abrogation complète du traité de Versailles d'abord les clauses relatives aux frontières, enfin les clauses qui l'ont privé de ses colonies? La situation politique generale en Europe serait immensément améliorée si non Papen. Cela diminuerait sensiblement les anxiétés de la France devant la perspective d'une guerre, non pas en premier lieu entre l'Allemagne et la France, mais entre l'Allemagne et la Pologne, guerre dans laquelle la France se trouverait entralnee comme garant de ta securite polonaise.

Les frontières françaises sont défendues maintenant par un imprenable système de fortifications, et, de pli,. L'Allemagne a signe à Locarno des traités de conciliation avec la Pologne mais il n'y a pas de traité pour garantir la securité de la Pologne. Il n'y a que la garantie de l'aide française.

Dans un discours sur la politique générale du Gouvernement prononcé au déjeuner du Comité du parti national travailliste. Mac Donald a déclaré -u sujet de la demande allemande d'égalité des armements. Mac Donald, continue à travailler dans le but de réunir la Conférence à quatre et 11 compte faire une déclaration à ce sujet d'ici peu.

J'espère que ce n'est pas son dernier mot. Le Gouvernement britannique continue à travailler à son projet et Il espère faire une déclaration sous peu de lours. Elle adopte, d'accord avec la Mode. En vente dans toutes les bonnes Maisons 12,50 à francs. Le cas de ta stigmatisée Thérèse Neumann, qui attire, dans le petit village de Konnentreuth. Le budget du ménage devait totaliser à peu près 3. Récemment encore, elle s'était tait livrer un quartaut de vin rouge de 55 titres, qu'elle mit trois jours a liquider.

Il y a deux jours, elle avait envoyé la petite Marguerite, le souffre-douleur de la maison. Elle réservait a la petite Solange, âgée de 13 ans, toutes les caresses qu'une mère doit partager entre toutes ses filles, mais elle montrait a l'egard de la petite Marguerite, âge de 12 ans une rigueur particulière. Elle la rouait de coups a tous propm et, le soir, au lieu de la laisser prendre sa place dans le logement, elle l'expulsait brutalement sur le palier.

Mme Masson était arrêtée et incarcérée. Le juge a entendu un peu plus tard M. Weilier afin d'obtenir des renseignements sur les affaires d'aviation. A sa sortie du château. Vaida a déclare a la presse qu'il avait renouvelé au roi la démission du cabinet remise vendredi soir.

Aussitôt après te départ de M. Ce matin, t 8 heures. Christian Guénat employé au service de M. Les malfaiteurs avaient réussi à ouvrir le coffre-fort et s ctaipn: V'après les informations recueillies da. Newton que le Gouvernement allemand s'en tenait à la réponse qu'il avait déjà fa'te au Gouvernement britannique à ce sujet, autrement dit que l'Allemagne ne pourrait se rendre à Genève qut si l'égalité des droits lui était reconnue.

Camille Chautemps, ministre de l'Intérieur, sout nommes. Directeur de l'administration dépar- tementale et communale au ministère de l'Intérieur, M. Préfet du Lot, M. Agard, préfet détaché, directeur du service interdé- 1 partemental des assurances sociales de Seine et de Seine-et-Oise, en rem- pli cément de M. Tomasini et par per- mutation avec luL. Le Journal' Officiel publiera demain matin le décret convoquant les Cham- bres pour le 25 octobre. L'emprunt français de à l'AmériqLe, remboursable yfw-YoRx, 17 octobre.

La banque Murgan annonce qu'agissant pour le co. Cf titres seront rachetés au cours de francs, phu les intérêts échus Une affaire de fraude sur les blés. Il s'agit en l'espèce d'infractions qui ont fait déjà l'objet de trois plaintes du ministère de l'Agriculture et de l'aiministration des Douanes en date du 22 octobre , du 27 juillet et du 4 août La première de ces plaintes a déjà abouti à une condamnation en police correctionnelle, le 28 juillet Les autres plaintes sont en cous d'instruction.

A l'occasion des fêtes de la vierge du Pllar. Des bombes ont été placées dans différents endroits de la ville. Deux d'entre elles ont fait explosion dans la rue Di'sengano. Le problème de la restauration de la monarchie est maintenant ouvertement discuté en Allemagne. Il ne fait pas de doute que les partisans d'une restauration font preuve d'une activité intense et qu'ils cherchent de moins en moins à dissimuler lenrs desseins.

Dans toutes les réunions électorales 3u parti national allemand la nécee5ité du retour au régime monarchique? A côté de ces manifestations publilues, une propagande souterraine très énergique, tend à préparer les esprits iux conditions dans lesquelles la reastauration devra se faire. Cette action touche toutes les régions de l'Allemagne et elle est faite assez habilement pour ne pas heurter de front certaines résistances particularistes entre autres celle de la Bavière. L'ex-kronprinz Impérial Frédéric3uillaume de Hohenzollern.

Des signes non équivoques Les projets monarchistes sont allés issez loin pour qu'un membre du gouvernement allemand, le ministre wurïembermeois de l'Economie, le docteur Maier, ait été amené hier à en parler publiquement.

Le docteur Mater a déclaré que la visite rendue à Munich par le chan: Le bruit court bailleurs dans les milieux politiques lue lors de son voyage à Munich, le îhancelier aurait nettement laissé entendre aux Bavarois que le Reich ne ferait aucune opposition à un rétablissement du royaume de Bavière, réalisé à un moment opportun. Un obstacle Hindenburg Cette restauration se heurterait cependant à deux obstacles importants. Le premier est l'attitude parfaitement loyale du président du Reich.

Au mois de juin dernier, le prés! C'est pour tourner ces deux obstacles que les monarchistes allemands pensent à une restauration faite sous une forme indirecte et à un moment où pour une raison quelconque, le président von Hindenburg ne serait plus à la tête de l'Etat.

L'ex-Kromprlnz ne serait pas proclamé empereur, Guillaume II s'y opposant. Il serait, par une méthode qui reste à préciser, investi des fonctions de régent du Reich et la restauration complète de la famille Hohenzollern n'aurait lieu au'après la mort de Guillaume IL Cette combinaison est approuvée par la Cour de Doorn. Le Gouvernement du Reich ne s'associe naturellement pas à la propagande faite sur ces bases.

Il déclare même l'ignorer. C'est d'ailleurs par la nécessité de fermer cette brèche et en cas de vacance de la présidence du Reich, d'empêcher l'élection d'un président indésirable aux milieux conservateurs et nationalistes, que les monarchistes justifient leurs projets actuels.

Selon un bruit qui court dans les milieux politiques, l'on rattache ce pre- jet aux divers plans élaborés par les monarchistes en vue d'une restauration plus ou moins camouflée.

Un ouvrier de Chemnitz. L'autopsie ayant démontré qu'il avait succombé pour avoir mangé des bonbons empoisonnés, on pense qu'il s'agit d'un meurtre politique. La victime devait, en effet, comparaître, le jour de sa mort, comme témoin à charge dans un procès contre des adversaires politiques. Un certain nombre de prisonniers du pénitencier de 6teigner Alabama ont tenté de s'échapper après avoir maltrisé quelques-uns de leurs gardiens.

Des renforts intervinrent immédiatement mais les mutins ne se rendirent qu'après avoir essuyé la fusillade de leurs gardiens. Un détenu a été tué et vingt autres blessés. Un seul a réussi à s'échapper. Profitant de l'allure modérée à le quelle roulait un train de banlieue à un passage à niveau, trois individus sont montés dans le convoi, pistolet en main.

Ils se sont rendus dans la cabine du serre-frein et, sous la menace de leurs armes, ont 1 obligé celui-ci à leur donner l'argent qu'il avait sur lui. La somme ne leur paraissant pas suffisante, les bandits I arrachèrent l'envoyé de sa cib'ne et l le jettèrent sur la rôle il 6té grièvement bleu6.

Ce matin, dans un quartier des plus populeux, un immeuble de trois étages. LowESTorrr Suffolk , 17 octobre. Deux bateaux de pêche sont entrés en collision. L'un d'eux, le He—ing Ho. Une automobile transportant quatre voyageurs et cinq enfants a dérapé et est tombée dans la rivière Trent. Quatre enfants et un homme ont été nojéâ. C'est demain que rentre le Parlement britannique. A la veille de l'ouverture de cette session.

Mac Donald ne pourra rester à la tête d'un gouvernement d'union nationale et que des élections générales auront lieu au printemps prochain ou peut-être même avant. Un communiqué officiel publié ce soir par le Gouvernement, à l'isue du Conseil de Cabinet se borne à déclarer que les ministres ont examiné la situation politique et qu'ils en continueront demain l'examen. Il résulte toutefois de déclarations faites par la suite par des chefs catholiques et libéraux que les ministres libéraux auraient obtenu gain de cause, en ce qui concerne la politique des contingentements.

En effet, ceux-ci seraient sinon suppri- més radicalement du moins considérablement réduits. Six personnes ont été tuées et seize autres ont été blessées. Intoxiqués par du gaz Ixas. Assadas et plusieurs de ses parents veillaient M. Assadas père, qui venait de mourir, une conduite de gaz ayant crevé près de l'immeuble habité par la famille Assadas, 62 rue Etienne-Richerand, à Villeurbanne, toute la famille fut victime d'une grave intoxication.

C'est la plus belle de leurs trois filles et elle a une dot magnifique Ses deux soeurs, plus jeunes, sont déjà mariées; mais elle 1 ne trouve personne pour l'épouser 1 Dès qu'elle croit tenir un fiancé, celui-ci provoque la rupture. Elle ne comprend pas la raison de son malheur. Son haleine en est la seule cause et ses parents, eux qui savent, sont bien coupables de ne pas lui recommander de prendre les soins indispensables.

C'est si facile simplement se rincer la bouche, matin et soir, avec de l'eau additionnée de Milton Quelle qu'en soit la cause, la plus mauvaise haleine disparait Instantanément sous l'action de ce désodorisant puissant et parfaitement inoffensif. En même temps, le Milton incomparable antisceptique, détruit tous les germes qui pullulent dans la bouche et la gorge.

Un gargarisme quotidien au Milton est le plus stlr moyen que la Science connaisse peur éviter ou arrêter net grippe, rhumes, maux de gorge, engines, de même que toutes les infections microbiennes. Si les prévisions météorologiques, jusqu'Ici bonnes, sont toujours favorables, à 5 heures du matin, les équipages de l'AntoinePaillard et du Josevh-Le Brix prendront le départ povir leur tentqtive de record du monde en ligne droite.

Les malfaiteurs ont dérobé Le savon Cadum mousse abondamment à l'eau froide, même ai elle est calcaire. Essayez et remarquez comme il nettoie les pores en profondeur. Il est si délicat pour la peau que des millions de mamans l'ont adopté pour toute la famille 1. Etant exempt d'humidité, Cadum s'use lentement, ce qui le rend avantageux égale- ment pour le bain. Le Tour de France , ainsi que nous l'avions annoncé, se disputera à l'envers. Les coureurs, partis de Paris le 4 juillet y reviendront le Le chef du bureau de l'Assistance les ayant invitées à faire une demande par la voie normale, il s'ensuivit une scène tumultueuse à laquelle se mélèrent les nombreuses personnes qui attendaient dans les couloirs Quand les agents arrivèrent.

Un train mixte partant à 20 heures de Temisoara a déraillé 6 13 sortie de la gare. Un wagon-poste et un wagon de voyageurs ont été détruits. On a retiré des décombres 17 morts et 14 blésses dont 7 ont succombé par la suite. Congestions, Rhumatismes, Goutte, Accidents féminins. Des clous, des furoncles se gorgent d'hu- meur et se multiplient dans le cou ou dans le dos. Les congestifs voient leurs veines se gonfler et leurs jambes dévorées par un ulcère récidivant.

Le scléreux est inquiet de sa tension artérielle et de son urée sanguine, signes précurseurs d'accidents toujours graves. De nombreux troubles féminins se constatent alors, surtout si la femme approchej du retour d'âge ou s'il est en pleine évolution tumeurs et fibromes se fixent souvent en cette saison. Les, lésions cutanées s'effacent dès les premiers, jours de la cure, toute démangeaison disparait et des plaies vieilles de plusieurs années se ferment sans laisser la moindre 1 trace.

Au cours d'une crise rhumastismale ou d'une attaq de goutte, la douleur quitte Instantanément les articulations dégagées, et le malade en est délivré pouf, longtemps.

Congestifs et scléreux consta- 1 tent le retour d'une circulation normale. Scdin, 8, rat te Belfort. Dans votre Intérêt, ne laissez donc pas échapper cette offre, car il s'agit de votre santé et de votre bien-être.

Deux militaires grièvement blessés dans un accident de motocyclette! Hier soir, deux militaires du 62e régiment d'artillerie, montés sur une motocyclette, se dirigeaient sur M? Les deux militaires projetés à terre et graverrent blessés. A la suite des conversations' italo-allemandes sur les devises et les contingentements, conversat? L'oeuvre dramatique d'Henry Bataille est sans doute fort bigarrée. Si son nom évoque principalement des drames au goût assez faisandé, animés par une passion furieuse et maladive, vétus d'une poesie contestable et dont le raffinement vieillit de plus en plus mais n'oublions pas qu'il a débute par un subtil recueil de vers, en authentique poète , il en a écrit d'un ton différent et qui d'ailleurs, ne portent pas moins la marque de leur temps Le Scandale que remonte, très Soigneusement, la Porte Saint-Martin, offre un témoignage de cette diversité, en formant à lui seul une catégorie spéciale et en nous montrant un Bataille que semble avoir tenté, dès , la gloire de M Bernstein.

Au surplus, la justice oblige de reconnaitre que ce dramaturge inégal fut un grand dramaturge et on s'en aperçoit, à plusieurs reprises, dans le Scandale; si la pièce a des rides et porte son âge. On avoue que la matière première en est un fait-divers assez gros et assez aimple. Le flux de passion, mal expliqué, qui livre soudain Charlotte Férioul.

Sam- son Painsilber que la perspicacité de cette agréable femme semble vraiment au-dessous de la moyenne, cet amour. Mais, destin ordinaire, la faute. Car Nt Férioul, cet important et honorable parfumeur de Grasse, ne badinera pas là-dessus comme un personnage d'opérette dl suffit ae voir M Arquillière.

Le secret est pourtant découvert Non par la volonté du séducteur besogneux. Trait dont il faut louer Bataille l'Ame humaine est chose, par bonheur. Le malheur donc vient d'un misérable procès, suite des naïves Imprudences de Charlotte. Armand Bour, qui se montre. A son ordinaire, comédien fort intelligent et des plus savoureux. Dans une scène d'une extrême violence, où M. Aussitôt sa colère lui suggère une dure et un peu invraisemblable punition 11 va chasser l'Infidèle devant toute la maison, et en effet il appelle, d'une voix terrible, sa mére, les enfants, les domestiques à ce moment Charlotte parait sur l'escalier intérieur, blême, vacillante, les yeux élargis de désespoir en apercevant ce visage convulsé, Férioul est vaincu par la pitié à la fois et par un brusque regain d'amour.

On consolera plus tard l'innocent gamin, qui hurle avec quelque raison. Ce coup de théâtre, qui avait frappé en , ne laisse pas de produire encore son effet. Le quatrième acte trouve Férioul légèrement apaisé. Il ne va pas jusqu'à mettre cette faute, qu'à peine il nomme faute, sur le même plan que celle de sa femme.

En littérature, et malheureusement hors de la littérature, on admet souvent que ce qui est pendable chez une femme est chez l'homme moins que véniel.

Cette morale est, au mauvais sens du mot, trop bourgeoise pour ne répugner pas à un esprit bien né. Mû par d'autres raisons que les chrétiennes, Bataille a le mérite au moins d'y avoir quelque peu songé. Donc, Férioul a pris son parti ses adversaires politiques commencent a jaser il enverra promener ses ambitions plutôt que de céder le préfet. Le mari commence de jouer son rôle mais cet homme de violence le joue mal et aux yeux d'une femme déchirée d'inquiétude sa voix et son geste ne peuvent manquer de le trahir.

Puis, de nouveau, c'est le demi-apaisement. Or, observation fort belle, tandis qu'il parle longuement laissant entrevoir le pardon ou la lointaine possibilité du pardon. Faiblesse de la machine humaine.

Avec son fige et ses défauts, toute la première partie est assez faible et. A côté de M— Véra Sereine, dont 1 on connaît la sensibilité frémissante, et qui joue avec beaucoup de simpll- cité.

Arquillière se montre dans le personnage de Férioul proprement ad- mirable. Il est, comme il sied. Si l'on se sou- vient de la création, en Ne serait-ce que pour applaudir Arquillière, le Scandale mérite d'être vu. La mort vient d'appeler un homme qui fut un grand philosophe chrétien, un apôtre fervent de Jésus-Christ.

A d'innombrables âmes, dont l'affectueuse reconnaissance lui demeure fidèle, le P. Il excellait à éclairer le fond des êtres et l'infini du mystère il y projetait soudain un long rayon, qui faisait apparaitre la rive éternelle, et déroulait un chemin sur les vagues des ténèbres.

Avant de quitter la terre, le P. Laberthonnière eut à surmonter, outre celle de la maladie, la longue épreuve de la retraite. Sa préoccupation constante de lier le problème de la foi au problème concret. Quelques points de sa doctrine, interprétés à la rigueur, furent considérés comme suspects. Après la mise à l'index de ses ouvrages, il reçut interdiction de pubHer. Laberthonnière et ne triompha pas de sa sérénité. Il la cherchait pour la donner aux autres.

Tout pour lui se ramenait à la loi le charité, principe, moteur et fin de a vie humaine coordonnée à la vie divine. A ceux qui venaient la lui demanler. Il la leur donnait comme le ain des âmes. Ses affinités spirituelles l'attiraient principalement vers saint Paul et saint Augustin. Ils ont été ses guides je dirais ses maîtres, s'il n'avait été le moins e disciple des hommes.

Il exprimait souvent une tendre vénération pour Jeanne d'Arc, en qui il voyait moins la guerrière inspirée, que le témoin du Christ, dont la pureté et la simplicité invincibles émoussait tous les artifices. Pascal lui était ami. Avec Pascal, il faisait peu de cas des c grandeurs de chair n serait impropre de prétendre qu'il les méprisait il en avait pitié.

L'autorité humaine lui est toujours apparue de préférence sous l'aspect d'un service rendu à l'obéissance, et l'obéissance comme un devoir de charité envers l'autorité. Ils ne prétendent à rien d'autre qu'à ce titre de souvenirs. Mon incompétence m'interdirait, s'il convenait de le faire ici, d'essayer même un aperçu de la pensée du P. Je me bornerai à citer quelques extraits d'un chapitre du P.

Nous appartenons au Christ avec lui et comme lui nous ne sauverons le monde que dans le sacrifice. Ce qu'elle promet, c'est que celui qui cherche en elle et par elle trouve. Et quiconque cherche sincèrement est déjà en elle à quelque degré, ou sur le chemin qui y mène Ce qu'elle assure et oe qu'elle garantit, c'est que par elle Dieu est dans l'humanité, mêlant sa vie à notre vie nous mettant au coeur le besoin d'aller à lui, et venant à notre rencontre.

Le propre du catholicisme, c'est d'affirmer aussi solidement que possible la solidarité qui nous lie les uns aux autres et qui nous lie à Dieu par le Christ.. Il suppose que nous ne pouvons communier à Dieu que par l'humanité et à l'humanité que par Dieu. Il ne faut donc pas considérer ce que les hommes font du catholicisme, mais ce que le catholicisme demande aux hommes de faire, l'idéal qui, par lui, plane au-dessus d'eux.

C'est par là qu'il manifeste ce qu'il est et ce qu'il vaut. Dieu, quand on aura inventé d'autres moyens, pour réaliser cette fin, que ceux qui sont Préconisés dans l'Evangile, et une organisation qui en soit mieux à la fois l'ébauche et le symbole, alors seulement on aura le droit de s'en passer. Puissent ces réflexions aider ceux qui cherchent à l'envisager autrement que du dehors, et à entrevoir ce que son emprise comporte effectivement de liberté intérieure, d'épanouissement d'âme, d'incessante rénovation.

Et déjd, à travers toutes les misères humaines de surface, ils y découvriront le courant de la vie infinie où. Il est vrai que, pour cela, U faut en ce monde user tout ce qu'on est et tout ce qu'on a i1 est vrai qu'on meurt à la tâche.

Mais c'est précisément ce qui fait que la vie vaut d'être vécue. Il est vrai qu'on meurt la tâche. La mort ne nous emportait rien de ce qui nous était le plus précieux en lui. Nous sentions avec une certitude confiante, que la foi catholique à laquelle il avait consacré et immolé sa vie, conserve à Jamais, pour l'humanité, la promesse et la puissance de tous les renouveaux et qu'on ne construira pas.

Nous sentions aussi, avec douce joie, que l'oeuvre de notre ami commençait, que, purifiée de ses imperfections humaines, ce qu'elle contenait de pure vérité allait rayonner dans les âmes. En , le gouvernement anglais fal- sait armer un bâtiment spécial pour transporter des plants de l'arbre à paln des Iles de la société aux Indes occlden- tales. Comme autrefois sur le navire de Wallis. C'est s cette mutinerie, suivie de l'aventure des 1 mutins dans l'lie Pltcairn que M.

Char- e les Vldil reconstitue, en essayant de la tirer de l'énigmatique obscurité ou elle est demeurée Jusqu'à présent. Gaston Poulain a entrepris, dans Comm. Il serait fastidieux de citer des noms. Il est bien plus joli de lire la réponse de M. Marcel Parturier Quant à moi, c'est encore l'Ouest de la France qui m'attire. Je vais dans l'Ouest Parce que le soleil n'y ment pas. Les romanciers eux-mêmes seraient sans doute heureux d'une telle collaboration pour trouver une mine nouvelle de titres.

Et cela nous remet en mémoire cette anecdote d'Edouard Ourliac. Consulté par un de ses amis sur le titre qu'il devait donner au prochain roman de sa production, Edouard Ourliac tint avec lui ce dialogue Est-ce que dans ton histoire U y a du tambour 2.

Dois-Je avouer c'est à M. André Rousseaux que Mario Meunier luimême fit cet aveu que je ne suis même pas bachelier. Si J'ai toujours négligé les examens, il faut ajouter que la fatalité a contribué à m'en écarter J'ai pensé un jour que, malgré tout, il serait plus convenable que je me fisse recevoir au baccalauréat. Je savais déjà assez le grec, d'ailleurs, pour être reçu honorablement, je le crois du moins.

Je passai, à Digne, les épreuves écrites de la première partie Puis je tombai malade, de la fièvre typhoïde, ce qui m'empêcha de passer l'oral. C'était un avertissement des dleux je me le suis tenu pour dit. L'histoire de la découverte de ce parchemin est très curieuse. Comme il était le premier client, il eut la chance d'avoir le volume complet. Herriot, cumuler ses fonctions ministérielles et son travail d'écrivain Il fait paraître, chez EmilePaul, un roman qui a pour titre La Maison du Docteur Clifton.

André MAuRois donne une nouvelle édition, non plus tirée à part pour quelques privilégiés, mais pour un plus vaste public, d'un curieux pastiche à la manière de Marcel Proust, Le côté de Chelsea. Emile Baumamc publie un Botnet morale Bernard Grasset. L'excellent poète Yves-Gérard Le Dattic nous offre un recueil de poè-. On a appris avec tristesse la mort, à quatre-vingt-deux ans, de M. Jobbé-Duval avait également décoré de nombreux châteaux en Bretagne.

Jean Carrère, poète et Journaliste, qui fut longtemps correspondant du Temps à Rome vient de mourir dans son pays natal a Nérac. Il avait publié un recueil de poèmes. Les Buccins d'or, un ouvrage sur Le Pape, qui fut très discuté, et un roman, très dramatique et très curieux, La Fin d'Atlantis. Beau tapage parmi les Basques on dit et on écrit pilotari on joue à la pilota, non à la pelota, ce qui serait espagnol. Sans doute nos immortels peuvent, en manière d'excuse, faire valoir que le quai Malaquais est bien loin de la Rhune.

Mais ignorent-Us aussi qu'un dictionnaire basque-français et français-basque est en cours de préparation chez l'éditeur Beauchesne, et que l'auteur, le sympathique P. Ces distinctions lui ont été remises par notre collaborateur et ami Eugène Le Mouël et par le poète Sébastien-Charles Le- conta. Pour se procureur les livres analfti ici, on doit l'adresser chez tous la libraires ou d deiaut.

Aucun envot n'est fait contre rembourse ment. Editions de France, 15 francs franco. Bien qu'll fut Ivre. Car Il faut dire que le capitaine Brown était vraiment favorisé par la chance. Et le lendemain, par chance toujours, le capitaine Brown signait avec les armateurs Jones frères un engagement beaucoup plus brillant, en ce sens que les appointements fixés a moitié prix permettalent d'attribuer une commission a d'obscurs entremetteurs.

A vrai dire, le capitaine Brown n'eut pas à se plainure de ces conditions. Ce fut à ce moment précis que la chance tourna. Sans doute le lecteur se demandera si le capitaine Brown est un esprit supérieur ou un être stupide. Commande-t Il la chance ou est-il commandé par elle? Ses associés, ses amis, ses subalternes se posent eux-mêmes la question.

On peut simplement penser que le capitaine Brown boit du whisky, fume sa pipe et se tait. Et que M Merle, son associé météorique, aurait sur ce dernier point bien fait d'imiter son exemple. Où ea est le Problème de Jésus? Essai de réponse à la double question que le Christ pose, de siecle en siècle c Qui dit-on qu'est le Fils de l'hom-! Point de littérature, mais. Nulle en" tique systématique ou discourtoise On i cherché uniquement à faire la part lu vrai et du faux. Celiez et mffisent à constituer une démonstrat a t peu près complète de la thèse catiio- tique.

Livre de bonne fol. Un simple examen de la table dea matières de cet ouvrage en fait deviner la richesse. Synthétisée autour de la personnalité du Christ, c'est une véritable somme de l'histoire et de la théologie chrétiennes.

Elle n'a paa d'ailleurs un auteur mais. Bardy et de l'abbé A. Tricot, avec le concours de l'abbé Algraln des Facultés catholiques d'Angers , vingt-cinq auteurs, tous spécialistes et maitres dans les études de leur choix, théologiens. De cette collaboration savante est n6 un ouvrage complet, docte, contrôlé, ea tous points remarquable. Cent trente tonnes treize métrés de longueur, trois mètres de hauteur, qua- se canons de Corlleu-Jouve raconte cette ruerre dantesque que fut la guerre des chars d'assaut.

: British mature escort fougeres

Porn from cz agence escorte Je ne joue pas, dit-il en reculant sa chaise, mais demandez à monsieur ce qu'il pense de mon système. A cela s'ajoute l'influence des institutions républicaines, qui est une grande force. Mac Donald a déclaré -u sujet de la demande allemande d'égalité des armements. Si l'on se sou- vient de la création, en Bud et sud-est, un quart Il demi-couvert avec belles éclalrc: Il était alors 17 h La vente fut calme et les cours peu élevés Nous donnons ci dessous le palmarès du concoures.
Cam sex france escort ardeche 422
Bite d arabe escort femme Cocu sex escort cholet
Nous sommes simplement et uniquement un site commercial, nous ne sommes pas une agence d'escortes ou offrant des services de prostitution. De ce fait. 15 mars Je escort du rencontre v girl Canet cul italienne fougeres. rencontre de. die richtige Wahl fougeres girl escort Pau site erotique porno Anould British mature escort girl argenteuil · Video amatrice escorts nice · Grosse bite. Hentai shemal escort com shemale escort Escort casting Forced escort escort rape teen anal skinny escort Mandy Filipino Amateur Escort Recei british. Francaise gros cul escort trans nancy

Sexe maison escort girl messancy

Depuis un certain temps le courant électrique fourni par la Compagnie du Bourbonnais sur le secteur de StAubin-d'Aubigné est totalement interrompu le dimanche. M Edouard Daladier, ministre des Travaux pu- Nies. Lambert Louis, de Cornillé. Assadas et plusieurs de ses parents veillaient M. Dumont, sous-préfet de SaintMalo M. Radio Transmission and Reception Radio Interference.

FILM PORNO FRANÇAIS ESCORT EVIAN